Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MATHS-ROMETUS

http://www.maths-rometus.org/

Webmaster : Raynald ROSE

 

Rometus Portrait

Rechercher

Rometus Champion

  Articles de maths 

 

Maths en magie 

 Rometus en magie

 

 

Maths en figures

 

 

 Rometus et Figures

 

dessins : Wilfried LEMIEUX

Rometus et histoire

  Histoire des maths 

 

 

Utilité des maths Rometus et utilité 

 

dessins : Wilfried LEMIEUX

11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 13:00

Babylone :

          Près de Babylone, en Mésopotamie (3000-2000 avant J-C), il y avait trois grands peuples : les Babyloniens, les Assyriens et les Sumériens. Les plus forts en mathématiques furent les Babyloniens qui ont été d’habiles calculateurs.

 

          Leur système de numération est surtout sexagésimal (base 60), nous en avons hérité notre système d’heures, de minutes et de secondes.

          Les Babyloniens ont été amenés à poser des équations (ax = b ; x² = a ; ……) pour résoudre des problèmes pratiques. Ils ont donné 3 comme valeur approchée de π.

          Les Mésopotamiens ont mis au point des tables de carrés, de cubes, d’inverses et même de racines carrées.

          En géométrie, ils ont été familiers de l’aire du triangle et du trapèze, des volumes du prisme et du cylindre.

 

 

Base d’un cône de révolution :

           La base d’un cône de révolution est le disque opposé au sommet du cône.
B 01

 

Base d’un cylindre de révolution :

          Une base d’un cylindre de révolution est l’un des deux disques superposables.

B 02 

 

Base d’un parallélogramme :

          Une base d’un parallélogramme est un côté particularisé de ce parallélogramme.

          La hauteur sera définie relativement à ce côté particularisé.

B 03   

 

Base d’un prisme droit :

          Une base d’un prisme droit est l’une de ses deux faces superposables.

B 04  B 05

 

 

Base d’une pyramide :

          La base d’une pyramide est le polygone opposé au sommet principal de la pyramide.

 B 06

 

 

Base d’un système de numération :

          Une base d’un système de numération est le nombre de caractères qui servent à écrire les nombres dans ce système de numération.

 

          Dans le système décimal, 10 caractères (0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) appelés chiffres nous permettent d’écrire tous les nombres en base 10.

          925 = 9 × 10² + 2 × 101 + 5 × 100.

          En informatique, les données sont traduites dans le système binaire qui ne compte que deux caractères (0 et 1) : c’est la base 2.

          A Babylone, on utilisait le système sexagésimal avec 60 caractères, c’est la base 60.

          Il nous en reste le système d’heures, de minutes et de secondes.

 

 

Base d’un trapèze :

          Une base d’un trapèze est l’un des deux côtés parallèles de ce trapèze.   B 07

 

 

Base d’un triangle :

          Une base d’un triangle est un côté particularisé de ce triangle.

B 08 

 

Bipoint :

          Un bipoint est un couple de points associés dans un ordre donné.

 

          Notation :   (A , B).                      (A , B) ≠ (B , A).

 

 

Bissectrice :

          La bissectrice d’un angle est la demi-droite qui partage cet angle en deux angles de même mesure.

           [OA) est la bissectrice de l’angle BOC.  B 09

 

 

          Une bissectrice d’un triangle est la bissectrice d’un des angles du triangle.  B 10 

 

          Les trois bissectrices d’un triangle sont concourantes en un point qui est le centre du cercle inscrit dans le triangle.   B 11

 

 

Boule :

          La boule de centre O et de rayon r est l’ensemble des points de l’espace tels que OM ≤ r.

 

B 12

         La boule est la partie intérieure d’une sphère.

 

 

Boulier chinois :

          Un boulier chinois est un dispositif qui sert à calculer. Il est formé de tiges sur lesquelles coulissent des boules.

          En Chine, le boulier est apparu au 9ème siècle. Il est encore utilisé en Extrême-Orient.

 B 13

 

 

Brahmagupta :

          Brahmagupta est un mathématicien et astronome hindou (598-665).

 

          Il introduisit pour la première fois des nombres négatifs pour représenter des dettes.

          Il énonça des règles de calcul avec des nombres relatifs.

          Brahmagupta travailla aussi sur les solutions de certaines équations linéaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Luc ROMET - dans Maths en dico
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Rometus toujours

 

  Maths et littérature Rometus et Littérature

 

Maths en jeux Rometus en Jeux

 

dessins : Wilfried LEMIEUX

 

 Rometus 3  rometus-page-1-site.jpg Rometus 6 
 Rometus 1  Rometus Maths et articles  Rometus 4

 

Vous êtes sur le blog du professeur ROMETUS, alias Jean-Luc ROMET

Tout ce qui rime avec les mathématiques, les productions de Jean-Luc ROMET
et les rubriques du site MATHS-ROMETUS
 

 

Dessins : Wilfried LEMIEUX ; conception graphique : Johann SOLON 

 

Pour être informé gratuitement de la mise en ligne d'un nouvel article
inscrivez-vous à la Newsletter (à gauche)...
N'hésitez pas à laisser des commentaires sur les articles.

 

Pour lire les articles, cliquez dans les catégories proposées (à gauche) : 

Articles sur les mathématiques ; Blagues sur les maths ; Maths en timbres ;
Maths en figures ; Maths en magie ; Utilité des maths ; Maths autour de nous ;
Nombres en maths ; Maths et littérature ; Maths en jeux ; Histoire des maths ;
Maths en dico ; Catégories du blog ; Publications du Professeur ROMETUS ;
Rubriques du site MATHS-ROMETUS ; Projets en cours... 

Rometus et blagues

Blagues de maths 

    

 

 

 

Maths autour de nous

 

 Rometus autour de nous

 

 Maths en timbres 

  Rometus et timbres 

dessins : Wilfried LEMIEUX

Rometus en folie

  Nombres en maths 

 

Rometus en Nombres

  Maths en dico Rometus et Dico

 

dessins : Wilfried LEMIEUX